Cabinets dentaires

Léger repli du tissu entrepreneurial

 Par rapport à 2008, le stock d’entreprises a diminué (–3,2 points). Le stock d'établissements suit un mouvement similaire (–7 points). Cette double tendance montre un repli global du nombre de structures employeuses.

Depuis 2008, le nombre d’entreprises employeuses de la branche a diminué de – 748 unités. La tendance a connu une inflexion en 2014.

 

 

Par rapport à 2008, la branche enregistre une progression des effectifs jusqu’en 2016 (9 932 salariés). Cette tendance semble confirmée par les prévisions pour 2017, 2018 et 2019.

 

Depuis 2008, la branche est caractérisée par un recul de la part des entreprises de trois à cinq salariés (–4,0 points). Parallèlement, les autres tailles d'entreprises progressent et des entreprises de plus de 20 salariés apparaissent.

Plus de la moitié des entreprises génère un à deux emplois en équivalent temps plein (ETP). Par rapport au tissu entrepreneurial du secteur, les structures comptant moins de six salariés sont surreprésentées (+7,6 points).

 

Prépondérance des entreprises sur trois régions

La concentration territoriale des entreprises de la branche varie fortement d’une région à l’autre. Les trois régions regroupant le plus d’entreprises employeuses sont :

  • l'Île-de-France (17,7 %) ;
  • l'Auvergne-Rhône-Alpes (13,2 %) ;
  • la Provence-Alpes-Côte d'Azur (10,2 %).

À l’opposé, la Corse en accueille une part très réduite (0,5 %).

 

 L'Île-de-France rassemble 19,4 % des salariés de la branche et son poids est plus important que pour l’ensemble du secteur (16,2 %).

  • La région Auvergne-Rhône-Alpes est la seconde région pour l’emploi de la branche (13,5 %).
  • Le Grand Est occupe la troisième place en nombre de salariés (10,2 %).

Ces trois régions regroupent 43,2 % des salariés de la branche.

Emplois majoritairement féminins

Les emplois de la branche sont très majoritairement féminins : 95,5 % des salariés sont des femmes. Cette proportion est supérieure à la moyenne du secteur (89,6 %).

 Par rapport à 2008, la part des femmes dans l’emploi de la branche varie peu jusqu’en 2016. Il oscille entre 96 % et 97 %. Les prévisions pour les années 2017 à 2019 anticipent néanmoins une légère tendance à la baisse.

Salariés d'âge intermédiaire et employés

 La proportion des salariés âgés de 35 à 49 ans est la plus importante. Mais les salariés âgés de 50 ans et plus représentent plus du quart des actifs.

Au regard des évolutions constatées jusqu’en 2016 et des prévisions statistiques :

  • les moins de 35 ans voient leur poids relatif diminuer de – 1,2 point ;
  • la tranche d’âge intermédiaire s'affaiblit (–6,8 points) ;
  • le poids des seniors s'accentue (+8 points).

   Prépondérance des employés

Les cadres sont très faiblement représentés : 4,0 % contre 14,3 % pour le secteur.

  • La proportion de professions intermédiaires est également faible (1,9 %) et inférieure à la part observée pour l'ensemble du secteur (34,6 %).
  • Le taux d’employés est très important et supérieur à celui du secteur (90,4 % contre 45,7 %).
  • Les ouvriers sont peu nombreux, il s’agit essentiellement du personnel d’entretien.

Taux plutôt modeste d'accès à la formation

 Au sein de la branche, c’est majoritairement par le plan de formation que les salariés enrichissent leurs compétences. Néanmoins, par rapport au secteur, le taux d’accès à ce dispositif est plus faible. Les entreprises ayant mobilisé au moins un des dispositifs de formation utilisent moins le plan de formation mais plus souvent le contrat de professionnalisation que l’ensemble du secteur.

La branche est caractérisée par une faiblesse relative dans l’accès à la formation professionnelle hors apprentissage. En effet, elle regroupe 14,0 % des salariés du secteur santé et est à l’origine de 12,2 % des actions de formation. Seuls 19,3 % des salariés ont suivi au moins une formation en 2019.