Entreprises d’économistes de la construction

L'économie de la construction est un des trois domaines de la maîtrise d'œuvre avec l'architecture et la technique. Elle constitue un développement moderne de l'activité de métré; son rôle est de prendre en compte la dimension économique d'un projet de construction. Les entreprises d'économie de la construction constituent une branche professionnelle. Elles disposent depuis peu d'un code NAF spécifique, le 7490A.

Renforcement du tissu entrepreunarial

Par rapport à 2008, le stock d’entreprises a fortement augmenté. Leur nombre est passé de 600 en 2008 à 718 en 2017. Le stock d'établissements suit un mouvement similaire. Cette double tendance montre une croissance globale du nombre de structures employeuses.

L’effectif salarié suit une tendance similaire. Il enregistre une progression de près de 19 % du nombre de salariés entre 2008 (2 400 salariés) et 2015 (2 856 salariés).

Depuis 2008, la branche est caractérisée par un renforcement de la part des entreprises d’un à deux salariés.  Leur part progresse de + 9,7 points.

 

 Concentration des entreprises sur deux régions

La concentration territoriale des entreprises de la branche varie fortement d’une région à l’autre.
Trois régions accueillent plus de la moitié des entreprises employeuses : l'Auvergne-Rhône-Alpes (22,1 %), l'Île-de-France (18,8 %) et la Nouvelle-Aquitaine (11,3 %).

Les salariés sont également plus présents dans trois régions mais avec une répartition un peu différente de celle des entreprises.

  • L'Île-de-France rassemble 22,8 % des salariés de la branche mais son poids est moins important que pour l’ensemble du secteur (27,7 %).
  • La région Auvergne-Rhône-Alpes est la seconde région pour l’emploi de la branche (22,4 %).
  • La Nouvelle-Aquitaine occupe la troisième place en nombre de salariés (8,7 %).

Ces trois régions regroupent 53,9 % des salariés de la branche

Branche peu féminisée                                                          

Les emplois de la branche sont majoritairement masculins : 59,2 % des salariés sont des hommes. Cette proportion est supérieure à la moyenne du secteur (51,2 %).

 

                     

 Majorité de jeunes salariés et de professions intermédiaires

Forte proportion de jeunes salariés

La proportion des salariés âgés de moins de 35 ans est la plus importante. Cependant, depuis 2008 la pyramide des âges enregistre une tendance au vieillissement :

  • les moins de 35 ans voient leur poids relatif diminuer (-6,5 points) ;
  • la tranche d’âge intermédiaire se renforce ;
  • le poids des seniors est constant.

 

 

Prépondérance des professions intermédiaires

  • Les cadres sont faiblement représentés : 21,4 % contre 30,7 % pour le secteur.
  • La proportion de professions intermédiaires est la plus importante (33,3 %) mais est inférieure à la part observée pour l'ensemble du secteur (41,1 %).
  • Le taux d’employés est supérieur à celui du secteur : 30,3 % contre 23,8 % pour le secteur.
  • Les ouvriers sont peu nombreux.

 

Taux moyen d'accès à la formation

Le plan de formation est le principal dispositif mobilisé par les entreprises pour former leurs salariés.
En 2017, moins d'un salarié sur cinq est parti au moins une fois en formation.
Près d'un quart des entreprises a envoyé au moins un salarié en formation.
La professionnalisation est modérément utilisée